Un programme du chômage coûtera un milliard de plus que prévu

Textes et analyses | 3 février

Le programme avait été mis en place en... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Depuis plusieurs semaines déjà différents groupes de défense des droits des chômeurs et chômeuses revendiquent des mesures concrètes afin de contrer les conséquences drastiques découlant du « trou noir ».

Voici qu’on nous annonce que le programme relatif aux semaines supplémentaires de prestations régulières d’assurance-emploi pour les chômeurs dans 15 régions où l’économie dépend des matières premières et qui ont été marquées par une hausse frappante du chômage en 2015, coûtera près de 2 milliards de dollars, soit plus du double des estimations originales…

Une dépense imprévisible qui constitue une excuse bidon pour justifier l’inaction du gouvernement dans le dossier du « trou noir » ou pour toute autre bonification du régime.

Si les surplus de la Caisse d’assurance-chômage n’étaient pas siffonés par l’état et si ce dernier recommençait à participer au financement du régime, nous pourrions mettre sur pied des mesures pour lutter contre le chômage et venir en aide à ceux et celles qui en subissent les contrecoups.

En 2016, le Compte d’A-E, a affiché un excédent cumulatif de 2,5 milliards de dollars. En 2017, un excédent cumulatif de 672 millions de dollars. L’excédent cumulé du Compte devrait atteindre 252 millions de dollars en date du 31 décembre 2018. (https://www.canada.ca/…/a…/rapports/cotisation/taux2018.html)

« Depuis 2017, la Commission s’est chargée d’établir le taux de cotisation annuel à l’a.-e. en veillant à ce qu’il soit fixé à un niveau assurant tout juste l’équilibre financier du régime d’a.-e. sur sept ans, éliminant ainsi tout excédent/déficit accumulé dans le Compte. (https://www.canada.ca/…/a…/rapports/cotisation/taux2018.html) »

En ce moment, les cotisations d’assurance-emploi sont gelées, les surplus diminuent d’année en année jusqu’à l’atteinte du mirage de l’équilibre financier où revenus et dépenses coïncideront et où aucun coussin financier n’est prévu. C’est évident qu’avec de telles décisions, le seul moyen d’équilibrer le régime sera de sabrer à nouveau dans les protections offertes aux travailleuses et travailleurs.

Lisez l’article de La Presse ici.

Lisez les impacts au Nouveau-Brunswick ici.

Pour toutes les nouvelles sur le chômage et nos mobilisations, analyses et revendications, consultez les Actualités.